La digitalisation : une solution pour dynamiser le commerce local

La digitalisation : une solution pour dynamiser le commerce local

 

Les commerces de proximité rencontrent des difficultés, depuis des années, à garder leur place dans la vie des consommateurs. Deux raisons principales sont à l’origine de cela, d’abord l’abondance des magasins de grandes surfaces installés en périphérie des villes, devenant les destinations des consommateurs au détriment des commerces de centres-villes, ainsi qu’à l’essor du e-commerce des grandes enseignes notamment. Pourtant, plus de 80% des Français sont attachés à leurs commerçants locaux répondant en grande partie à leurs attentes concernant la qualité des produits vendus, l’accueil en magasin et la disponibilités des produits. Pour préserver et développer l’attractivité de leurs territoires, les mairies, communautés de communes et associations de commerçants se sont données pour mission de soutenir le commerce local en trouvant des relais de croissance dont le digital fait partie. 

 

Quelles solutions pour relancer le commerce de centre-ville ? 

Même si la compétence commerce ainsi que les revenus leur ont été enlevé, les mairies ont leur rôle à jouer pour perpétuer la dynamique de leur commune. Le commerce est au cœur des communes et permet d’avoir des visiteurs habitués ou de passage, alors maintenir  le commerce c’est maintenir la vie de la commune. 

Pour relancer le commerce de centre-ville les mairies ont différentes solutions qui s’offrent à elles : 

  • Installation des commerces : Assouplir les règles d’installation, ou bien favoriser la reprise des boutiques qui ferment, réduire la fiscalité locale ou encore contrer la politique fiscale incitative des e-commerçants comme Amazon qui sont exonérés d’impôts fonciers locaux, leurs entrepôts ne constituants pas des magasins assujettis à cette taxe. (Les Echos)
  • Fiscalité : Appliquer les abattements fiscaux (notamment sur la taxe foncière) pour tous les commerces indépendants de proximité ayant une superficie inférieure à 400m2. Cela peut permettre un allègement entre 10 et 15 % des taxes. On sait à présent que certaines mairies ne l’ont l’ont toujours pas appliqué. (lechommerces.fr) 
  • Subventions : Subventionner les projets des associations de commerçants. Les mairies pourraient organiser des groupes de commerçants représentatifs du commerce local pour réfléchir ensemble à des solutions ayant pour objectif de redynamiser la vie commerciale des centres-villes. 
  • Aider son association de commerçants : Proposer aux commerçants et artisans des outils innovants pour dynamiser leur commerce et les rendre plus visibles.

 

Quels sont les outils pour donner une visibilité aux commerçants ?

Les commerçants de centres-villes ont un problème majeur à résoudre : la visibilité. La digitalisation est un des meilleurs moyens pour les commerçants de faire gagner leur point de vente en visibilité. Seulement, les commerces sont réticents à l’idée de se digitaliser. Un commerce de proximité sur deux n’est aujourd’hui toujours pas digitalisé, et parmi eux 83% n’envisagent toujours pas de le faire alors que la demande est bien présente. L’appréhension des commerçants réside dans l’idée que mettre leur commerce sur le web réduirait leur activité commerciale. Contrairement à cette idée, la réalité étant que la digitalisation leur permettrait d’accroître les visites physiques en magasins ainsi que celles en ligne et par conséquent cela permettrait une hausse de leurs ventes. Le digital est en fait une opportunité pour les commerces d’amplifier leurs atouts et de les valoriser auprès de clients potentiels.

 

Un des moyens les plus porteurs de résultats est de réunir tous les commerces d’un même territoire ou d’une même ville sur un même lieu dans le but d’unir ses forces. Ce modèle permet de représenter les commerces d’une ville sur un même site internet comme on peut le voir lorsque l’on s’y rend physiquement. Cela peut être également assimilé à l’essor du modèle des centres commerciaux, le concept étant de réunir des boutiques de toutes sortes sur une même place dans le but de pouvoir faire ses différentes courses dans un même lieu pour pallier à un manque de temps ou de moyens de locomotion.  

« La difficulté, c’est de réussir à faire émerger une identité commune à tous les commerces dans un même territoire. »

Le dispositif qui répondrait au mieux à cette problématique serait donc une plateforme pour former une synergie entre les commerçants ainsi que les territoires (mairies, collectivités, associations de commerçants). Ce genre de dispositif permet de référencer les différents commerces de la ville ou de la communauté de communes avec une description des offres de chacun ainsi que leur localisation et des informations pratiques. 

Le but étant de donner une nouvelle dynamique aux territoires les plus touchés par les difficultés commerciales. Le fait d’avoir un site internet et une application en commun permet à chaque commerce de gagner en visibilité.

 

Les premiers acteurs en charge de la dynamisation des territoires sont les collectivités telles que les mairies, les communautés de communes ou les associations de commerçants. Ce sont elles qui connaissent les besoins et les attentes de la part des commerçants et c’est la porte d’entrée à l’évolution. Le marketing territorial est une des solutions proposées aux collectivités pour dynamiser les municipalités et leurs commerces. En effet, les commerces locaux ont besoin d’une certaine visibilité pour perdurer et pas seulement localement, ils doivent se faire connaître de tous notamment en vue des périodes de tourisme.

Pour aider les commerçants n’ayant pas les ressources nécessaires, que ce soit en terme d’outils ou de technique, pour se lancer dans une stratégie de communication digitale, des services sont mis à leur disposition

 

Cette PME a été fondée en 2017 dans le but de redynamiser le commerce local qui a du mal à répondre à la nouvelle demande des clients. En effet, les habitudes de consommations ont changé suite à l’essor du numérique. Les clients cherchent l’efficacité, la rapidité et la simplicité, ils le trouvent sur internet et grâce aux franchises et grands groupes. Alors après ce constat, Maxime Le Moing et Maxence Petit ont décidé de créer une plateforme digitale, pour soutenir et aider les commerçants et artisans de proximité à faire face à la concurrence des grands comptes. Ma Boutique En Ville propose aux mairies, collectivités et associations de commerçants de mettre en place des services pour redynamiser leur commerce et faire rayonner leur territoire grâce au digital.  

 

Cette startup propose aux commerçants une stratégie marketing leur permettant de rayonner au niveau local et acquérir de nouveaux clients. We are local met à disposition leurs compétences en reportages vidéo et réalise des campagnes publicitaires sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux pour attirer les clients chez les commerçants grâce à cette méthode efficace. De plus, We Are Local assure un suivi des résultats précis incluant le nombres de vues et le chiffre d’affaires généré. 

 

L’objectif de cette startup est de fidéliser les clients en leur proposant un compte chez les commerçants qu’ils fréquentent. Ce compte est rechargeable et consultable à tout moment par le client. Cela permet au commerçant de fidéliser ses clients par le prépaiment. Le client bénéficie d’avantages à la hauteur de sa fidélité. Toujours dans une logique de redynamisation du commerce local, grâce à la technologie et au digital, Les Habitués permet aux commerçants d’avoir des clients habitués et fidèles. Les commerces de proximité ont parfois du mal à garder une clientèle stable, cela leur permet d’y remédier.



Les réseaux sociaux au service de la dynamisation du commerce local

Internet a pris une place considérable dans la consommation des Français car 9 consommateurs sur 10 consultent le web avant de se rendre en boutique. C’est la raison pour laquelle il est indispensable aujourd’hui pour les commerces de proximité  d’être présents en ligne. Et pour pousser encore un peu plus la visibilité et l’attraction des potentiels clients, la présence sur les réseaux sociaux permet aux commerces de communiquer, d’informer, d’animer et de fidéliser. Une des attentes de la part des Français vis-à-vis des commerces de proximité est une communication davantage personnalisée : « Les consommateurs pensent d’ailleurs que ce manque de personnalisation dans la communication est lié en grande partie à un manque de maîtrise des outils de communication modernes ou à une connaissance vague des clients voire à une absence de volonté de la part des commerçants. » (artisans-gourmands.fr)

 

L’achat en ligne représente en France plus de 8% de la consommation et ce chiffre ne cesse d’augmenter. Un autre mode d’action efficace, permettant aux commerces locaux d’être accessibles par davantage de personnes est le e-commerce sous la forme d’une place de marché. Ce type de consommation fera l’objet d’un prochain article. Si cela vous intéresse, restez connecté…

 

Quelques chiffres montrant les critères de consommation des clients  

Au-dessus de 50% des consommateurs disent que l’accessibilité à pieds, l’amabilité des vendeurs, l’accessibilité via les transports en commun et la proximité avec le domicile sont des avantages à effectuer leurs achats en centre-ville

La facilité de stationnement, la présence d’autres magasins à proximité (galerie marchande, zone…) et la présence d’activités annexes sur le lieu d’achat (loisirs, restaurants…) sont pour 50% des consommateurs ou plus un avantage à effectuer leurs achats en périphérie ou zone commerciale

Enfin, pour 50% des consommateurs, la possibilité de se faire livrer ses achats est un avantage à acheter en ligne et parmi ces consommateurs, pour 52% ce sont les avis des consommateurs sur les réseaux sociaux qui sont un avantage à effectuer leurs achats sur Internet

Au vu de ces quelques chiffres on constate qu’aujourd’hui le consommateur a une multitude de manières de faire ses achats qui s’offrent à lui : les centres-villes avec les commerces de proximité pour consommer local, les centres commerciaux en périphéries où tout y est regroupé, sur internet pour ne pas avoir à se rendre en magasin… Cela implique que chaque consommateur doit choisir sa ou ses façons d’acheter et selon ses envies, ses valeurs, ses modes de vivre et de penser. Les chiffres indiquent que les clients choisissent souvent la facilité pour optimiser leur temps très sûrement, alors pourquoi ne pas allier simplicité (internet, marketplace sur le modèle des zones commerciales) et envies de consommer local ?

 

En bref, 

Pour développer ou redynamiser leur territoire, les différents acteurs de la vie des communes doivent faire du commerce local une priorité. Pour faire vivre une ville ou une communauté de communes, la dynamisation du commerce en centre-ville est un point essentiel. Pour traiter cette problématique, Ma Boutique En Ville, We Are Local et Les habitués proposent des solutions et outils. Certains sont à disposition des mairies, des collectivités et des associations de commerçants et d’autres sont proposées directement aux commerçants et artisans qui souhaitent permettre à leur commerce de se développer et se dynamiser en se rendant visibles et attractifs. La digitalisation est une solution essentielle dans un processus de développement ou de redynamisation d’un territoire



Elsa Laveau, Chargée de communication – Ma Boutique En Ville